Retour à l'accueil

Die bayerische Landwehr

2. bayerische Landwehr-Infanterie-Regiment


Rechercher un numéro

Années Mois Jour
Visualiser le fichier correspondant

 

 

 

Création, périodicité et durée


Fondé à l'initiative du Generalmajor Ritter von Hubner et publié par Wilhelm Becker, le Bayerische Landwehr paraît pour la première fois le 2 septembre 1916. Le journal est réalisé par et pour le 2e régiment d’infanterie bavarois, stationné jusqu'au n° 7 (1916) dans les Vosges (sans doute près de Niedermorschwihr et de Ingersheim, dans le Haut-Rhin). Le régiment fut ensuite envoyé sur le front de l'est, semble-t-il aux environs de Jelgava (Lettonie).

Le dernier numéro paru est le n° 15 de juin 1918.


Fabrication, tirage et diffusion


Pendant la période de stationnement dans les Vosges, les bureaux de la rédaction étaient situés dans un abri de la tranchée. Le journal était alors imprimé chez Albert Jess à Colmar. Le coût d'impression y était particulièrement bas : Albert Jess mettait à disposition sa presse à lithographie au prix modique de 25 Mark par jour et le journal était imprimé par des membres du régiment qui utilisaient du papier importé de Munich. Sur les quelque 2300 exemplaires tirés, 1300 étaient envoyés à l'arrière, 1000 étant distribués au régiment, aux régiments voisins et aux unités d'artillerie. Le numéro coûtait 20 (puis 30) Pfennig, l'abonnement pour cinq numéros, 1 Mark.

Après le n° 7 et le départ pour l'est en 1916, le journal fut confectionné dans un blockhaus, et, bien que le journal indique « Russland » comme lieu de parution, sans doute imprimé à Riga (Lettonie).


Rédaction et illustrations


La rédaction en chef fut assurée jusqu'en août 1918 par Wilhelm Becker, remplacé en septembre par le peintre Hans Stadelmann.

Jusqu'au n° 11 d'août 1917 des dessins bicolores en pleine page ornent la page de titre et chaque numéro contient des illustrations en 3 couleurs, réalisées notamment par le peintre Anton Reinbold (qui dessine aussi pour le Bayerische Landwehrmann et le Drahtverhau), Hans Stadelmann, Josef Kopp, Wilhelm Becker, Röhrig et l'architecte Thomas Wechs.

Le collaborateur littéraire le plus régulier est le caporal Hermann Wiese. On trouve en outre des textes du lieutenant R. K. Baumeister, de Johann Greiner, du caporal Willi Grunow, de Hertz, du sous-officier Christian Martin, de H. Moosburger, de Reinhardt, de Spitzlberger, du sous-officier Egon H. Strassburger, et de Streitwieser.

À noter enfin que pendant la période vosgienne, du fait des coûts réduits d'impression, les différents collaborateurs recevaient 60 à 70 Mark d'honoraires par numéro.


Évolutions et curiosités à noter


On remarquera tout d'abord le numéro 1, dans lequel la raison de la naissance du journal est expliquée : son éditeur Wilhelm Becker a dû être retiré du front suite à une maladie et publie le journal « à la demande de tous ».

Le n° 7 de 1916, dernier numéro publié dans les Vosges, est un Weihnachtsnummer (numéro de Noël) de 12 pages.

Il semble qu'une illustration parue dans le n° 10 de juin 1917, intitulée « Die neue Sintflut » (le nouveau déluge) ait été censurée.

Enfin, dans le numéro de novembre 1917, on trouve une description des bureaux de la rédaction, aussi bien sur le front de l'ouest que sur celui de l'est.

Corpus numérisé :


N°s 1 (1916) à 15 (1918)


Cote(s) BNU :


D.11.985